Archives articles

10/03 France de cross à VITTEL

Vittel : Parcours plat mais ambiance pétillante ! (ou Achille alias « el terminator » détruit tout sur son passage)

Deux minibus silencieux fendent l’asphalte dans le petit jour en ce matin du 9 Mars. Le soleil fait encore son paresseux en cette fin d’hiver du pays Maugeois et les paupières sont encore gonflées de sommeil. Il est 7h30 et pourtant dans les yeux de tous, cette petite étincelle pétille gentiment, sous couveuse encore, attendant impatiemment d’éclater au grand jour. Car ce week-end, c’est KRHHOOSS !

KRHHOOOSSS. Syllabe barbare. Qui gratte la gorge. Qui siffle. BBRRR désagréable non ? Presque autant que ce GPS Istraëlien sélectionné avec amour par notre PDF (« Pierre DeFontaine », ou  « Paté de Foie » ou « Pic De Forme » c’est selon) pour guider notre route à travers la France jusqu’à Vittel. Les discussions vont bon train, si par « discussions » on s’accorde à définir « chambrer certaines têtes blanches présentes dont on ne nommera bien sûr pas le nom » ou bien « délirer sur les langues internationales d’un pauvre GPs » ou encore « rigoler tellement que les joues font mal ».

Après des pauses multiples et variées pour satisfaire petites vessies et…petites vessies, dans des aires d’autoroute bondées d’athlètes au regard assoiffés de sang, les dossards sont pris et le parcours est appréhendé pour la première fois. Ca y est, l’ambiance KRHOS saute à la gorge. Nos bizuts ont les genoux qui grelottent et la salive qui manque. (on le sais, ne vous dédouanez pas, on a vérifié).

Le parcours, hippodromique, (Michel, qui lit ces lignes avant la publication, oui ce mot n’existe pas mais…c’est tellement légitime pour parler d’un France de Cross alors, pardonne moi pleaaase !) nous balance entre lignes droites plates dans le vent et buttes artificielles pleines de boue, en passant par une « rivière » où l’eau montre jusqu’aux mollets. Alors pour demain qui s’annonce pluvieux, notre cœur balance : « boue ou … sables mouvants ? », « pointes de 15 …ou de 15 ? », « rafales de vent…ou bain d’eau noirâtre ? ». Telle est la sauce à laquelle nous serons mangés.

Arrivés au gîte, au fin fond de la campagna, un repas royal de pates nous attend accompagné de son….dessert crémeux !! Oui oui vous avez bien lu, on l’a fait ! On l’a tenté, cette folie anti-diététique, cette génoise blanche ornée de framboises fraîches, on l’a fait ! Mais pourquoi ? Par amour d’une Vingtième année de vie de l’un de nos Maugeois pardi ! Pas besoin d’être deVingt ! Achille Berthou, 20 ans, s’offrait le luxe de fêter son anniversaire en compagnie de KRHOSS cette année. Le Vingt a coulé, les sourires se teintaient de nostalgie car pour certain un raVingt les sépare de Vingt ans. Le gâteau fut éVingtcé par nos vingt chauVingt. Tous autour de la table, nous avons englouti ce gâteau pour pouvoir, comme Achille, être inVingtcibles le lendemain. Bref ce fut dix-vingt !

Parlons KRHOSS maintenant, le jour J, gâteau oublié, sourire serein aux lèvres, c’est Yohan Suteau qui ouvre les hostilités dès 9h. Sous une pluie battante, dans un parcours juteux mais qui empêche de gicler, il effectue un départ plutôt rapide avant de « seuiller » en paix à la Richard, et nous offrir une belle 178ème place pour sa première participation. La classe ! Apparemment la charrette est restée garée à St Sylvain. Puis c’est Emma Baudry qui s’élance sous les rafales et elle s’adjuge la 235ème place en cadette. Une bizut qui avoue s’être battue à l’arrachée et qui ne regrette rien ! Anatole Berthou détient lui, le record de la meilleure place du contingent maugeois avec sa 37ème place sous le maillot de la ligue, (sale traitre, mais on t’en veut pas trop quand même) dans une course remportée par le petit fils d’un certain Fièvre dont on attend toujours son recrutement. Hein Jacques ? 😉 Laura Faligant, la prometteuse Junior, après un départ un peu lent, remet les pendules à l’heure en remontant petit à petit jusqu’à la 222ème place. 111ème  l’année pro ok ? Après en suite logique…Bha on en reparle !

Puis place à l’équipe sénior féminine, sous un soleil revenu qui sèche le terrain et rend la boue archi collante. Pendant plus de 9km, elles ne lâchèrent rien malgré des résultats plutôt mitigés. Perle la leader de l’équipe, 112ème, subissant des problèmes de santé actuellement, se perdit dans les tours mais jamais, jamais elle n’a lâché. Chapeau. Flavie notre valeur sûre (en KRHOSS mais aussi en noix de cajou), n’a pas non plus eu sa place habituelle (130ème au lieu de sous les 90) mais est très bien remontée sur la fin. Virginie n°1 (Terrien), que l’on n’arrête jamais, 271ème est plutôt satisfaite surtout au vue de sa prépa marathon. 9km d’effort dans la boue c’est plutôt intéressant ! Puis c’est Virginie Pétel, qui, avec d’excellentes sensations, fini toute contente à la 311ème  place. Le fameux sac DIMA, elle l’a bien mérité. Elle est venue en aide à Virginie Ripaud (322ème), en gros choc hypoglycémique pour finir une course où, tombée de multiples fois, et complètement à bout niveau énergétique, elle a su puiser au fond d’elle-même le courage de continuer pour l’équipe comme Perle, même si tous les voyants n’étaient pas au vert. (Voire même dans son cas, pas de voyants du tout). C’est Marion Dony, notre pâtissière internationale amatrice de croûtons, qui complète avec une 355ème place, en tir groupé quasiment avec les filles.

Et on vous garde le meilleur pour la fin. Armé de son boxer rose bonbon porte-bonheur (à 3euros il tient à préciser), Achille, partit vite puis trop loin, nous a donné des frissons en faisant une remontée FAN-TAS-TIQUE jusqu’à la 41ème place, 31ème Français et surtout, surtout, 6ème Espoir de la course, reléguant l’armada Saumuroise à un vague souvenir et coiffant un certain Quentin Cornu au poteau. C’est purement et simplement LA meilleure place Senior/Espoir jamais effectuée au club dans un championnat de France de KRHOSS. Quel plus beau cadeau s’offrir, qu’une victoire où l’on a tout vingtcu ?

>>> COSTAUDDDD ACHILLLLE !! <<<

C’est non seulement avec les yeux qui pétillent mais aussi avec un sourire fatigué aux lèvres que nos jeunes héros de la boue virent leurs paupières doucement se fermer dans le minibus qui prend le chemin de la maison, en cette nuit de Mars. Dormez petits Maugeois, Guy No, Jacques, et Pierrot veillent…

Maintenant….allons sautiller sur le tartan ou sur le bitume, mais avant tout cela, on ne vous souhaite qu’une chose à tous : A’SMEL* !!!!
Pour retrouver nos héros du jour au combat, enfiler vos bottes  c’est par ici

Jaja

*Terme Hébraïco-Istraëlien, souvent entendu dans les GPS en partance pour Vittel, qui, selon nos sources fiables, est une apostrophe signifiant « continuez », à prononcer avec un ton rauque, gras, et une voix brute d’Allemand. Il a pour conséquence de remuer les tripes de son destinataire dans un championnat de France afin de dévorer les places comme un Pierre Defontaine ou une Virginie Terrien face à une boite de Haribo.

Commentaires fermés.