Archives articles

29/12 Houilles Houilles Houilles

« Pendant que la plupart des coureurs maugeois s’attaquaient à une montagne de bûches, chocolats, dindes et fromages en tout genre à avaler, quatres fous furieux du chronos ont courru en suant sangs et eaux le prestigieux 10km de Houilles dans la région Parisienne.
Houilles c’est:
* 10,00 km de parcours composé d’une belle côte de por…euh de 400m (belle et bien juteuse !) Et du reste en descente aigre- douce.


* 200 coureurs en moins de 34′
* 3/4 h de soleil radieux thermostat 50
* 6° au thermomi…euh, mètre.
Ajoutez-y une pincée de chaussures magiques, et vous obtenez une recette digne des meilleurs festins pour les fondu(e)s maugeois(e)s de patates comme de courses sur route.
A ce bon repas, s’y distinguent Pierre Defontaine et Jérémie Merand, la crème de la crème, qui digèrent ceci en 32’22 pour l’un et 33’45 pour l’autre. Si « pdf » est déçu de sa déglutition, Jérémie au contraire s’octroie la cerise sur le gâteau en engloutissant le record master du club !
Les deux chasse-patate, Cécile Jarousseau Nicolas Merand, ont tout deux testé du bout des lèvres ce gigot qui s’est révélé bien trop âcre pour eux. 33’55 pour « jaja » qui malgré des sensations âpres, goûte la saveur d’un record du club et départemental. De même pour Nico en 36’20, qui vomit son plat principal, loin de ses espérances. Bon, on changera la cuisinière la prochaine fois !
Heureusement que le service, en la présence de toute la famille Merand (sauf les femmes, aux repos culinaire), ainsi que Celestin Chupin et Perle Maunoury étaient là pour apporter plats et pâtés en croûte, bouillons chauds et serviettes de table. Les convives étaient traités petits oignons.
C’est donc repus qu’il rentrèrent chez eux profiter d’un bon bain-marie, et purent sortir enfin un petit digestif bien mérité, afin de décanter la perf réalisée…puis retourner aux fourneaux !

Houilles, c’est de quoi donner une belle garniture à une fin d’année rondement cuisinée.

Culinairement vôtre,
« Et un énorme et monstrueux  » Merci » à l’immuable cuisinier en chef de toute cette festoirie :j’ai nommé bien sûr…. Pierrot Gourdon ! »

Bonne année 2020 ! »

Commentaires fermés.